Gérard Sené : de Cary Grant à Jude Law

LookMars1Il a grandi dans la zone à Montreuil, en banlieue parisienne. Pour seul loisir, il y avait le cinéma le jeudi après midi. C’est là que le jeune Gérard Sené tombe en arrêt devant le Grégory Peck des Nerfs à vifs. Malin, il comprend que l’habit fait le moine et dépensera dés lors tout son argent de poche à se « saper » comme un milord. Logiquement, le Dandy finit par se lancer dans la fringue. D’abord pour les femmes puis à 42 ans pour l’homme. Ce sera Rodson, griffe qui « copie » la silhouette des grands classiques hollywoodiens. Plus tard, il annonce la couleur avec une nouvelle marque : « Gerard Sené, Hollywood Taylor ». Séduit par son univers unique, son élégance intemporelle et la qualité de ses costumes, chaussures et accessoires, les stars du cinéma (Robert De Niro, John Malkovitch, Jeremy Irons, Vincent Cassel, Mathieu Kassowitz, etc), de la chanson (Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Calogero, etc) et de la télé (Michel Denisot, Guillaume Durand, Arthur etc) affluent.

Mais cet amoureux du beau vêtement ne veut pas passer pour un nostalgique. «J’adore Gary Grant mais l’élégance masculine aujourd’hui c’est Jude Law ! Certes j’ai ouvert une brèches et je m’amuse de voir beaucoup de gens penser que je suis le costumier des Mad Men mais je constate que j’ai été rattrapé par la mode. Je me suis donc remis en question » raconte-t-il. «Je me suis mis à faire de beaux jeans en denim japonais, à dessiner des baskets tout à fait originale puisqu’elles ne se délassent pas mais s’enfile grâce à un zip sur le talon, et à utiliser de nouveaux matériaux comme le crocodile ou l’autruche ». Les collections se sont multipliées et l’image de la griffe Gérard Sené, désormais véhiculée par  des éphèbes modernes, s’est modifiée. Une clientèle plus jeune d’avocats, chirurgiens, agents immobilier ou traders, qui aime jouer avec la mode et ses codes,  a rejoint tous ceux qui aime toujours Gérard Sené pour ses costumes JFK ou Robert Mitchum.

Le designer couvre désormais tous le spectre de la mode via 4 lignes : une rock’n’roll pur et dur, ADN de la marque et industrielle ; une 100% mode et semi-traditionnelle ; une demi-couture faite à70% à la main et une sur-mesure, dans la plus pure tradition du tailleur. Un leitmotiv traverse ces lignes : la qualité ultime. Les formes sont faites mains, les entoilages légers, les épaules discrètes et la fabrication made in Italy. Chaque chemise réclame 6 opérations manuelles, du rabat de col à l’intérieur des poignets. Les blousons et vestes en peaux sont tout à fait originaux puisque réversible. Deux vêtements en 1 ! Enfin, les souliers Gérard Sené demeurent un must. Dans sa vaste collection, « La California », forme inspirée des voitures de sport actuelles, fait un carton. A chaque fois, un détail rock’n’roll fait la différence et confère un twist unique aux créations Sené. Fort de 3 boutiques parisiennes et bien sur disponible en Suisse, Gérard Sené offre un univers différent, à la mode mais doté d’une forte personnalité. Précieux en ces temps d’uniformisation galopante….

3 questions à… Gérard Sené

Pourquoi venir s’habiller chez vous ?

Toutes les grandes marques font la même chose : c’est le diktat mondial du modèle unique qu’il faut absolument porter cette année. Tout s’est banalise et la qualité a baissé a force de délocaliser. Moi, je propose des vêtements d’une qualité extrême, fabriqués en Italie ou dans ma propre unité pour les chaussures, et qui racontent une histoire dans leurs formes ou dans les détails comme les revers etc. Je propose un univers différent mais à la mode d’aujourd’hui, dans l’air du temps.

Mais vous êtes toujours amoureux de l’Amérique des années 40 à 60 ?

On n’a toujours pas fait mieux que le classicisme du costume JFK ou des grands acteurs hollywoodiens comme Gary Grant, Robert Mitchum ou Gregory Peck. Toutes ces images nous collent à la peau car elles sont modernes, contemporaines. Mais Brad Pitt, Keanu Reeves, Edward Norton ou Jude Law me bluffent aussi ! J’essaie d’avoir une créativité importante en proposant 7 ou 8 formes par costume et par saison alors que chez les autres marques c’est souvent le modèle unique et la culture de la coupe.

Les hommes s’habillaient mieux auparavant ?

Pas forcément. Prenons l’exemple des Mad Men, la série qui fascinent le monde entier. Bien qu’ils étaient bien habillés à l’époque mais pas mieux qu’aujourd’hui. En revanche, la différence c’est qu’ils étaient bien coiffés ! De nos jours, les jeunes hommes peuvent être des sapeurs-intenses mais ils ont les cheveux en pétard. Avant, avec la raie à la Gary Grant, vous étiez obligé d’être beau !

(janvier 2012)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s