Hermès ne connait pas la crise !

Le groupe de luxe Hermès a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 10,3% au premier trimestre à 856,8 millions d’euros, supérieur aux attentes et tiré par l’Asie, mais marqué comme d’autres concurrents par un net ralentissement de la croissance de la maroquinerie.

Capture02« Pour nous c’est un premier trimestre qui se passe bien, en ligne avec ce que l’on pensait. La demande pour nos produits ne fléchit pas du tout, même si le marché devient un peu plus difficile. On espère que cela nous permettra de nous démarquer », a déclaré Axel Dumas, qui co-dirigera Hermès avec Patrick Thomas dès juin. La maroquinerie-sellerie, qui assure 43% du chiffre d’affaires, affiche une croissance organique de 7%, divisée par deux par rapport au trimestre précédent (+14,8%) mais la base de comparaison était très élevée. « Ce fléchissement est lié à une question de production et non de demande, car tout ce qu’on livre est vendu. On pense vraiment rattraper cela au cours de l’année », a déclaré M. Dumas. Les listes d’attente perdurent malgré l’ouverture de deux nouveaux sites de production en 2012 et Hermès prévoit « à moyen terme » de nouveaux ateliers.

A taux de change constants, le chiffre d’affaires du fabricant des carrés de soie et des sacs Kelly et Birkin a progressé de 12,8% –plus fortement dans les magasins du groupe (+13,6%) qu’en gros (+9,9%). La croissance organique a donc sensiblement ralenti, comparée aux 18,5% du quatrième trimestre 2012. Mais elle « reste très largement supérieure à la plupart de ses concurrents », relève le courtier Aurel BGC, notamment à celle de LVMH (+7%). En Europe, le chiffre d’affaires, tiré « à la fois par la clientèle touristique étrangère et la clientèle locale », selon M. Dumas, a grimpé de 12% (+11,6% pour la France, +12,4% pour le reste) malgré la crise et une base de comparaison élevée. La hausse est de 14% en Asie (+17,4% hors Japon, +7% au Japon), où se font près de la moitié des ventes, et de 11,1% en Amérique. « Sur le marché chinois, on continue d’avoir une croissance excellente: la Grande Chine avec Hong Kong et Macao est à +20% et la Chine continentale à +24% », a dit M. Dumas.

Les vêtements et les accessoires ont affiché une forte croissance (+18%) et la soie et les textiles sont en hausse de 15% grâce notamment à l’augmentation des capacités de production. Les ventes de parfums Hermès ont progressé de 18%. Mais celles de l’horlogerie reculent de 5%, pénalisées par le ralentissement de la demande en Chine. « Ce recul s’inscrit dans le contexte de baisse un peu générale dans le secteur de l’horlogerie », a estimé M. Dumas. Les ventes de bijouterie et d’ameublement, encore modestes, continuent de se développer (+49%).

Hermès  a signé l’an dernier des résultats records : un chiffre d’affaires de 3,48 milliards d’euros (+22,6%), un bénéfice net de 740 millions (+24,5%), un résultat opérationnel de 1,12 milliard d’euros (+26,4%) et la meilleure marge opérationnelle depuis la cotation en Bourse en 1993 (32,1%).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s