Mega va t-il tuer Hollywood ?

9qheijpvtu9g5dteqvvw

Warner Bros. et NBC Universal exige de Google un retrait des liens renvoyant vers Mega. Le moteur de recherche a refusé cette requête. Kim Dotcom crie à la censure et rappelle qu’il ne contrôle pas les fichiers stockés sur son site.

S’il ne finit pas dans une geôle américaine, Kim Dotcom deviendra le plus grand pirate de l’Histoire avec, pour butin principal, Hollywood ! Fondateur du site d’échange de fichiers Megaupload fermé en janvier 2012, il est accusé par la justice américaine d’avoir  frauduleusement amassé 175 millions de dollars en mettant à disposition de 50 millions d’internautes chaque jour des copies piratées de films, programmes télé et albums musicaux. Cet allemand né Kim Schmitz est actuellement assigné à résidence en Nouvelle Zélande où il a été arrêté et attend août prochain, date à laquelle la justice décidera ou pas de son extradition. Histoire de s’occuper, le pirate en a profité pour monter Mega, un super megaupload qui fait trembler Hollywood depuis son lancement en janvier dernier.

Qu’est ce qui terrorise Spielberg, Disney et consorts ? Mega est un service de stockage en ligne classique mais il offre une capacité de stockage de 50 GB, beaucoup plus importante que ses concurrents (5GB pour Google Drive par exemple). Les serveurs s’annoncent extrêmement puissants et sécurisés : personne ne sait où sont ceux de Mega ! Mieux -ou pire-, grâce à un système de clé de cryptage propre à chaque internaute, personne, pas même les administrateurs de Mega, ne peuvent savoir quels type de fichiers s’échangent sur le site. « Sur le plan légal, on ne peut rien faire pour nous obliger à fermer ! » s’est réjoui Kim Dotcom. Le paradis des pirates vient d’ouvrir ses portes…

« Grâce à l’innovation technique de la clé de cryptage, Kim Dotcom a réussi à déplacer la responsabilité du site hébergeur vers l’utilisateur et ça c’est le point majeur. Mega en tant que tel est inattaquable et Hollywood a raison de s’inquiéter : c’est le système ultime et pérenne de piratage cinématographique et audiovisuel » analyse Gunesh Dwarika Associate Partner au cabinet Oliver Wyman Group et expert web. Tout le monde l’a bien compris : 100.000 utilisateurs étaient inscrits en 1h, 1 million au bout de 24h et ils seraient 3 millions au 20 février à déjà se partager 125 millions de fichiers que l’on imagine, évidemment, tous respectueux des droits d’auteurs.

« Mega et les autres plate-formes de partage de fichiers (Rapidshare, Depositfiles etc) vont finir par poser un grave problème à toute la chaîne de création, des studios Hollywoodiens aux diffuseurs en passant par les distributeurs car le piratage induit une destruction de valeur » avertit Gunesh Dwarika. La création ne pouvant être gratuite, c’est à un effondrement similaire à celui qu’a connu l’industrie musicale que peut s’attendre Hollywood et les chaines de télévision. Et Hadopi, lancé à la poursuite de millions de pirates, n’y changera rien… « La solution, c’est la transformation radicale du modèle économique de la création par son adaptation à l’ère numérique » poursuit Gunesh Dwarika. « Ce futur modèle doit être global et exploiter le plus possible le digital. Aujourd’hui, une série n’est disponible en S-VOD (la VOD par abonnement) qu’au bout de 36 mois alors qu’elle est piratée dés le lendemain de sa diffusion. Il faut revoir la chronologie des diffusions et travailler l’environnement internet des œuvres des leur conception afin de créer une nouvelle valeur ».

Gageons qu’Hollywood et les producteurs sauront, tant bien que mal, s’adapter à la nouvelle donne. Mais, dans un marché forcément orienté à la baisse, les intermédiaires tels que les distributeurs de films ou encore les artistes eux-mêmes vont souffrir. Kim Dotcom, lui, prépare déjà l’introduction de Mega en bourse. La piraterie, bientôt un placement comme un autre ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s