Où manger 3 top burger à Paris ?

Chez Lefty, un hamburger comme là-bas !

Chez Lefty, un hamburger comme là-bas !

Lefty : bienvenue à Brooklyn-sur-seine

Murs en briques, tables et chaises en bois et gros hamburgers suffisent-ils à faire un restaurant New-Yorkais ? Non et cela tombe bien car chez Lefty, il n’y a pas de briques mais un très joli papier-peint signé Farrow& Ball, artisan du Dorset (Angleterre) réputé pour ses couleurs exquises. En revanche, il y a du beau bois vintage, des têtes d’animaux pop-art accrochées ici et là, un coin bibliothèque, un escalier lieu de rencontre plus que de passage, des hamburgers à remplumer Woody Allen himself et une ambiance friendly plus proche du Brooklyn de Paul Auster que du Manhattan de Tom Wolfe ! « Avec mes amis Fréderic Ellena et Benjamin Moreel, nous avons vécu à New York et nous ne trouvions pas à Paris un endroit accessible à tous, dans l’esprit « potes à la maison », où tout un chacun peut se retrouver à diner entre une rock star et un fils de ministre » raconte Julien Enthonven. Les cocktails « artistiques » et l’humour de Rachid participent de la fête et à 23h30, le jeune patron n’hésite pas à monter le son, les clients dansant alors entre les tables ! Elaboré avec Christopher Prechez, petit génie minimaliste de la déco, ce Brooklyn-sur-seine est ainsi né le 12 décembre 2012 et ce fut, à la place de la fin du monde, le début d’une belle aventure.

Rapidement devenu tendance, couru aussi le dimanche pour son brunch, le Lefty entend également durer et a donc particulièrement soigné sa carte. Aux côtés des salades, bagels, Fish and Chips, hot-dog et autre Black Angus (280g!), les hamburgers sont ici les véritables stars. Les pains, exclusifs et remarquables, sont signés Gontran Cherrier, la star de la boulangerie, et la viande provient de chez Olivier Metzger, boucher réputé pour chasser les meilleures viandes au monde. On se jettera donc sur le Ruby Rocket Burger (pain à la roquette, mozzarella, courgettes, tomates confites et basilic en sus du bœuf haché), le Slum Burger (pain au curry, blanc de poulet Tikka, crème fraiche au concombre et menthe), l’Ambert’ger (pain à la mélasse, bœuf haché, fourme d’Ambert, oignons confits, poitrine fumé) ou l’incroyable Dry Burger (pain à l’encre de seiche (!), saumon cru, crème au raifort, avocat, concombre, tomates). Les desserts suivent avec des cheesecakes inédits imaginés par Séphora Saada de la maison She’s Cake, une mousse au Toblerone ou un pain perdu au Nutella. « Nous ne voulions pas être un restaurant à burger de plus » conclut Julien Enthonven. Pari réussi !

Info : 36, rue Vivienne, 75002 Paris, 01 42 36 81 14

lefty 2

 

Le Comptoir : la 3ème mi-temps gourmande

Chez les rugbymen, la 3ème mi-temps n’est pas une légende ! Après s’être rudement expliqués sur le gazon, les joueurs, et les supporters qui les suivent, raffolent de ce moment de fraternité où ils refont le match autour de copieux plats et de monumentales pintes de bière. Depuis 3 ans, l’Ovalie se donne rendez-vous au Comptoir, le rugby-bar de Pierre Autret, 30 ans dont 22 de ballon ovale. « C’est effectivement par amour de la 3ème mi-temps que j’ai voulu un restaurant festif, pas cher et servant de beaux produits » raconte ce natif de Nantes. Au Comptoir, les tournées de Bêtes ou de Folle Furieuse, belles bières artisanales, s’enchaînent dans une ambiance conviviale et joyeuse. Le patron le comptoir 2participe à l’animation du lieu en organisant des jeux, tel celui du « glaçon », à même le comptoir. Le juke-box est gratuit et chacun choisit sa musique. Mais si l’on s’amuse, on n’en oublie pas de se nourrir ! Et chez les rugbymen, on est rarement laitue-haricots verts ! « Nous proposons de beaux plats simples et copieux, efficaces et bons » précise Pierre Autret. « L’andouillette est 5A, l’immense planche de charcuterie est espagnole (Iberico, Serano…) et nos salades sont copieuses avec notamment une belle Landaise (Magret de canard, Gésiers, foie gras, pommes rissolées). Mais les stars de la carte, ce sont nos burgers ! Nous proposons le cheeseburger à l’emmental, le Suprême au Morbier avec sa compote d’oignons confits au vin rouge, le Goat au fromage de chèvre et enfin le Burger du Périgord au foie gras accompagné d’une compote d’oignon ». De « belles bêtes » qui combleront les gros appétits des équipes amateurs qui viennent faire la fête au Comptoir, après match. Le restaurant sponsorise ainsi le RCP15 (avec lequel joue Pierre Autret), le Stade Léonien ou les Assoiffés et leur a même fabriqué des maillots avec le logo du restaurant à leurs couleurs. « Nous avons aussi une belle clientèle féminine » sourit le restaurateur « Les rugbymen sont respectueux et beaux mecs, les filles le savent. Des équipes féminines de rugby viennent aussi ». Enfin, n’allez pas croire que le Comptoir serait réservé aux sportifs. Il accueille aussi une clientèle de quartier, séduite par l’appétissante carte. Mais on ne saurait conseiller les soirs de match télévisé pour profiter au maximum de l’ambiance !

Infos : 354 Rue Vaugirard, 75015 Paris, et 13 rue vouillé, 75015 Paris, 06 86 92 11 11

Le Comptoir

 

Le vin qui danse : le bon accord mets-vins

le vin 2Ils sont trois amis, amoureux des bons vins mais lassés du cérémonial pompeux qui entoure souvent une dégustation. « Nous souhaitions plus de convivialité, plus de plaisir «  raconte Rodolphe De Noose. Avec Valère Monier et Cyril Guignard, ils ont donc ouvert depuis 2007 Le Vin Qui Danse, 3 restaurants du « bon accord » à Paris et Lille. « A chaque plat, nous proposons un verre de vin spécialement sélectionné pour le meilleur mariage des saveurs possible » poursuit le restaurateur. « Nous travaillons directement avec des vignerons que nous connaissons personnellement ». La cave du Vin Qui Danse possède ainsi quelques petites perles rares et exclusives ! Dans la mouvance « Bistronomie », la cuisine est imaginée par de jeunes chefs inventifs, chapeautés par la créatrice culinaire Adeline Kelber. Classiques, les plats sont rehaussés d’une touche, savoureuse, de créativité (le pain du burger est ainsi remplacé par des galettes de pomme de terre râpées et frites). Enfin, hormis l’entrecôte de Salers et l’Angus d’Argentine, le restaurant n’utilise que des produits locaux et a reçu le label « Produits d’ici cuisinés ici » de la région Ile de France. Les « locavores » seront comblés !

Infos : 9 Rue de Moscou, 75008 Paris, 01 45 22 23 92 ou 4 Rue des Fossés Saint-Jacques, 75005 Paris, 01 43 54 80 81 ou 41 rue de Gand, 59000 Lille, 03 20 21 02 33.

le vin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s