Et la plus belle femme du monde est… Scarlett Johansson !

Capt__H162559_008

 

Le magazine Esquire vient d’élire Scarlett Johansson « plus belle femme de l’année ». Portrait.

Scarlett  Marie Johansson, 25 ans depuis le 22 novembre, n’est ni américaine, sa nationalité, ni danoise, celle de son père, ni polonaise, origine familiale de sa mère. A l’instar de « Mamzelle Scarlett » viscéralement attaché à Tara, celle qui en reçu le prénom en hommage est New Yorkaise à 100%. Soit une intellectuelle de la côte Est, née sur la planète cinéma et destinée à en devenir l’une des plus belles étoiles. Et en cette fin de décennie, après déjà une trentaine de films, elle brille de tous ses feux : long-métrages ambitieux ou habilement populaires (« Vicky Cristina Barcelona », « The Avengers »), disque folk aux flatteuses réminiscences Gainsbourg/Birkin, ambassadrice mode de Mango et icône publicitaire pour Dolce & Gabbana ! La belle s’est même mariée il y a peu avec l’acteur canadien Ryan Reynolds, le beau gosse de « La Proposition ». La vie conjugale expliquerait-elle alors la nouvelle silhouette de l’actrice ? En tournée promo à Paris pour son album avec Pete Yorn, « Break Up », ses délicieuses rondeurs avaient laissé place à une silhouette fine et élancée que l’on a pu admirer dans le Grand Journal de Canal + et le Taratata de Nagui. «La rumeur dit que j’aurai perdu 6 kg pour rentrer dans le costume de la Veuve Noire dans Iron Man 2 mais c’est ridicule. Je n’aurai pas réussi à perdre ce poids même si j’avais essayé ! » soupire une Scarlett qui n’a jamais caché sa gourmandise. Peut-être aussi son nouveau statut d’icône glamour et fashion l’a-t-il obligé à revoir la relation qu’elle entretenait jusque là avec un corps tout en courbes ? Ambassadrice tiré à 4 épingles de Mango aux côtés de la filiforme Pénélope Cruz, sensuelle et malicieuse sous l’objectif de Jean-baptiste Mondino pour la campagne Rose The One, nouveau parfum des Dolce & Gabbana et grande habituée des Red Carpets où ses modèles sont Lauren Bacall, Marylin Monroe et Jean Harlow, Scarlett Johansson soigne particulièrement son look ces derniers temps. Mais peut-on « faire du shopping comme aucune autre », avoir « le fromage, la pizza et la tarte au citron comme pêchés mignons »  et « détester le sport » ? ? A moins, tout simplement, que Scarlett Johansson n’est laissée quelques grammes dans sa boulimie de travail. « Je suis une workaholic car c’est le seul moyen de donner le meilleur de moi-même » avoue-t-elle. Il est vrai que depuis 25 ans, elle n’a pas arrêté…

Capt__H162559_001

Miss Johansson a grandi à Greenwich Village, entre un père architecte danois, une mère judéo-polonaise du Bronx et productrice, un grand-père scénariste et réalisateur et une grand-mère athée et… socialiste ! «J’aime New York, j’ai aimé grandir ici » confie la jeune femme « Mes parents étaient très libéraux, ouverts et me laissaient faire à peu près ce que je voulais. Je pouvais exprimer ma créativité. J’allais a l’école public de la 11eme rue et j’aimais jouer autour de cette sculpture de George Segal, dans Sheridan Square, qui représente un couple gay assis sur le banc. Ensuite, je remontais la Christopher Street et j’allais manger des cheeseburgers  dans les bars ». De cette enfance libre et arty, Scarlett Johansson a gardé des idées progressistes qui la classe à gauche sur l’échiquier politique américain et justifie son soutien farouche à Barack Obama. Elle ne parle pas un mot de Danois et ne se sent pas une seconde européenne. En bonne enfant de Big Apple, elle est une bosseuse acharnée qui rêve de conquérir la ville. «Je veux être une part de l’histoire du cinéma, réaliser quelque chose de plus qu’être juste jolie dans ma robe. C’est ce que je désire le plus » reconnaît-elle. Depuis « L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » qui l’a révéla à 14 ans, l’enfant-star s’est métamorphosée en icône moderne.

Capt__H162559_002

Scarlettt Johansson est en plein épanouissement. La jeune fille a perdu de ses joues potelées pour laisser éclore une femme fatale. A Munich puis à Madrid, elle était éblouissante dans les tenues d’executive woman que lui a dessiné Mango. La musique a également métamorphosé l’artiste. «La réalisation de ce disque fut une expérience incroyable, surtout l’enregistrement » raconte la chanteuse à l’occasion de « Break Up », son second album réalisé avec Pete Yorn. « Ca a changé ma vie, j’ai rencontré des très bons amis, je me suis libérée, ça m’a sorti de moi. C’était un challenge que je n’avais pas trouvé dans le cinéma ». Plus assurée, Scarlett Johnansson met la barre de plus en plus haut : reprendre le rôle de Judy Garland dans Le Magicien d’Oz, jouer Holden Caulfied, le héros de « L’Attrape-Coeurs » de J.D. Salinger, ou même incarner Marylin Monroe dans un biopic.

Capt__H162559_007

Désormais abonnée à un cinéma certes populaire mais intello, notamment avec Woody Allen (« Scoop », « Match Point », « Vicky Cristina Barcelona »), la new yorkaise n’en soigne pas moins son image de beauté à couper le souffle dans des productions plus pop corn (« The Spirit », « Iron man 2 », « Avengers »). De « The Island » en 2005, elle dit : « je conduisais dans Los Angeles et j’ai vu la plus grande photo de moi que j’ai jamais vu de ma vie dans un espace aussi grand. J’ai crié et freiné brutalement. Je ne pouvais pas le croire : mes seins étaient énormes ! C’était très étrange de voir mon décolleté de la taille d’un brontosaurus ». Johansson est bien consciente de ses atouts et sait en jouer : « en réalité, ce sont mes seins les stars de « Match Point » ! Chacun d’entre eux aurait du recevoir un Oscar ! ». Elle est un sex-symbol (couronné femme la plus sexy du monde par FHM et Esquire), dimension indispensable pour être une star. Tout chamboulé, le chanteur gay Rufus Wainwright, à l’issue d’un duo avec Scarlett au Carnegie Hall de New York déclarera : «Elle est si sexy qu’elle réussirait à transformer un gay en hétérosexuel ! ». Ce ne sera pas nécessaire pour l’immensité de ses fans. Surtout quand Scarlett entretient le fantasme en avouant : « Je ne crois pas que les gens soient monogame de nature. Ce n’est pas pratique et cela demande du travail car en fait nous sommes des animaux. Mais quand cela marche, c’est vraiment merveilleux, parce que vous avez confiance en la personne, et vous êtes avec elle a la fois de manière profonde et légère ». Ryan Reynolds saura-t-il garder sa femme ? Scarlett pose sur Hollywood un regard  blasé : «J’y mène une vie plutôt discrète. Bien sûr, je vais aux soirées mais je ne fais pas mon numéro comme d’autres. Quand je ne travaille pas, je promène Maggie, mon Chihuahua, je vais faire le plein d’essence et je mange des sandwich au resto du coin». Un truc quand même, au cas où… «Pour moi, le cadeau parfait ce sont des chaussettes en cachemire. C’est la chose la plus extraordinaire. Une paire de chaussettes en cachemire rendrait heureux n’importe qui ! ».

Capt__H162559_006

 

La jeune femme aura certainement l’occasion d’enrichir sa collection. Scarlett Johansson est là pour longtemps et compte toujours plus de fans. En tant qu’actrice bien sur mais probablement demain comme réalisatrice. Car Scarlett ne cache pas son envie de passer derrière la caméra un de ces jours. «Tout le processus de fabrication d’un film m’intéresse » conclut-elle «Les répétitions, les prises de vues, la post production, me passionne depuis toujours. Et je veux réaliser dans le futur ».

(2009)

 

Capt__H162559_004

Capt__H162559_003

 

Et pour finir la vidéo ici : http://www.esquire.com/women/the-sexiest-woman-alive/scarlett-johansson-2013-sexiest-woman-alive-photos?click=epic_15993979#slide-2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s