Vincent Perez : l’œil du comédien

portrait-Vincent-Perez-photographer

Célèbre pour ses films, Vincent Perez pourrait bientôt l’être pour ses photos ! Après trois expositions en Russie et une, très confidentielle, à Paris, l’homme s’apprête à dévoiler, l’été prochain, une soixantaine de ses images, dans un lieu encore secret mais en France.


Peu de gens le savent mais Vincent Perez aurait dû être photographe. « Ma passion pour la photo est née à 13 ans quand on m’a offert un reflex Yashica. Je dessinais et peignais beaucoup mais j’ai découvert là une nouvelle façon de m’exprimer qui m’a tellement plu que j’ai décidé d’en faire mon métier » raconte Vincent Perez qui aura été deux ans durant élève d’une école professionnelle réputée, le Centre Doret en Suisse, tout en étant en apprentissage chez un portraitiste de Lausanne. « Ensuite, j’ai été happé par mon amour du cinéma mais je n’ai jamais cessé de prendre des photos ».
Il y a 4 ans, triant les milliers de photos qu’il a faites, il réalise qu’il est temps de prendre cette passion au sérieux.. Fort de ses contacts en Russie, où ses films sont connus, il expose une première fois en 2011 à Vladivostok une série de portraits, des inconnus autant que d’artistes tels que Jean Rochefort, Michel Bouquet, Sylvie Guillem ou Nicolas Le Riche. « Ce qui me vient le plus naturellement, c’est le portrait ; ma force, c’est de passer du temps avec mon sujet et de capter « le » moment » explique Vincent Perez. Il est alors bien de Paris pour ne pas subir la pression médiatique qui avait toutefois réalisé auparavant une exposition confidentielle à l’Observatoire du BHV, sur le thème de Paris. Ses portraits partent ensuite à Moscou pour l’importante galerie RuArt. Passionné par la danse, il obtient alors de suivre la troupe du Bolchoï pour une série d’images exposée au même endroit en 2012. « Ce fut un vrai succès avec pas loin d’un millier de personnes au vernissage » se souvient Vincent Perez, servi également par l’actualité puisqu’il avait portraitisé tous les protagonistes du scandale du Bolchoï au cours duquel le directeur de ballet fut vitriolé !

vincentperez_bolchoi_141-1080x500
Désormais bien décidé à s’installer en tant que photographe (il prépare une série sur la « comédie humaine » pour la fin de l’année), Vincent Perez ne délaisse pas pour autant le cinéma. Il sera cette année Le Corbusier dans Price of Pride et réalisera un projet qu’il porte depuis déjà 7 ans, l’adaptation de Seul à Berlin, le best-seller d’Hans Fallada sur la résistance allemande au régime nazi

vincentperezphotos.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s