Le glamourama de Thierry Ardisson

ardisson-pl_reference_article
Le Glamour, c’est la femme ! Pour moi, Audrey Hepburn est l’incarnation du glamour, il n’existe rien au-delà d’elle. Le glamour n’est pas le sexy. Dans le glamour, il y a quelque chose de plus pur, plus épuré, plus absolu. Le Glamour, c’est la femme inaccessible. Le glamour est ce qui fait rêver, s’échapper du quotidien, et qui provoque un sentiment de bonheur parfumé.

Le Glamour est intemporel. Il traverse les époques. Nous assistons d’ailleurs à un véritable revival autour d’Audrey Hepburn ! Je pense aussi à Balanciaga, Givenchy, à Dior, à Hollywood, aux Années 50, derniers feux du glamour. Après, survient la révolution rock des Années 60 et on quitte cette esthétique ultra classe qu’exprimaient les photos de Horst P. Horst ou de Guy Bourdin. Puis, avec l’époque hippie, ce fut anti-glamour au possible ! Le glamour est revenu avec Le Palace. Des gens riches ou pauvres, célèbres ou pas, passaient la journée à se demander comment ils allaient s’habiller pour paraître le soir. Il existait une « scène » glamour. Aujourd’hui, c’est fini. Les gens ne s’habillent même plus pour aller à l’Opéra ! Je suis attristé par le manque de glamour actuel de la société, par la façon dont elle s’enlaidit. Ça commence avec « Schrek » au cinéma et ça finit par les jaunes citron les verts pomme, et les rose fushia chers à Valérie Damidot ! Mais le Glamour reviendra !

Mon père était fan des plumes. Tout petit, il m’a transmis ce goût en me mettant devant les films de chorus-girl comme les Ziegfeld Follies ou ceux de Busby Berkeley. J’ai retrouvé ce glamour plus tard, dans les grandes fêtes du Palace, celles de Karl Lagerfeld, d’Yves Saint Laurent ou de Kenzo… C’est ce que j’ai voulu ensuite apporter en télé. Dans le générique de « Double Jeu », je descends le grand escalier des Folies Bergère entouré de danseuses emplumées. On est au cœur du glamour ! « Bains de Minuit » est mon émission la plus glamour. J’ai fait une émission ultra branchée avec des gens que je mettais en scène de façon glamour. Le climax fut une séquence de 1987 dans laquelle Guy Cuevas, disc jockey du « 7 » et du « Palace », affalé dans un sofa tel un empereur romain, regarde Pierre Combescot, (Prix Médicis en 1986 pour « Les Funérailles de la Sardine » & Prix Goncourt en 1991 pour « Les Filles du Calvaire ») danser en tutu dans la piscine vide des Bains Douches avec Frédéric Bourgeois, alias Ubu Superstar !

A faire développ x 2

Audrey, l’amour glamour. Je collectionne les peintures de cocottes de Jean-Gabriel Domergue. Avec leurs cous trop longs et leurs bibis sur la tête, les femmes qu’il peignait étaient incroyablement glamour. Je vivais donc seul dans mon appartement de la rue de Rivoli au milieu de ces tableaux quand un jour, sur LCI, je tombe sur Audrey Crespo-Mara, un Domergue vivant ! Je n’ai eu alors de cesse que de l’épouser. Et pour notre mariage, je voulais qu’elle ait une robe glamour. Ne la trouvant nulle part, je l’ai finalement dessinée un soir au restaurant sur la nappe et j’ai demandé à Dior de la réaliser. Au final, c’est du Dior Old School, très « Christian », du Dior d’avant le chic-trash de Galliano. Puis, j’ai fait réaliser un portrait d’Audrey à la manière de Domergue. Enfin, nous avons fêté notre mariage au Meurice où j’avais aussi bien invité des stars que ma concierge, comme au Palace. Ce fut une party glamour !

Le Festival de Cannes, dernier refuge du glamour. J’aime le Festival de Cannes pour les robes longues, les smokings et les filles pieds nus dans le sable à 4h du matin, leur stilettos à la main. Le smoking, dernier costume folklorique occidental ! Malheureusement, il est aujourd’hui mal vu de dépenser son argent, surtout pour faire la fête… Subsistent à Hollywood et les red carpet.

La Monarchie est glamour. Je suis fou de Kate, William et Baby George ! Quand on les voit, c’est évidemment autre chose que François Hollande et son casque sur la tête qui va retrouver sa maîtresse ! C’est le couple « témoin » qui symbolise tous les couples. Kate et William sont glamour à mort !

La Facel Vega et la 404 Coupé sont glamour. J’essaie de vivre entouré d’objets glamour telles ces magnifiques automobiles que je ne conduis pas, je n’ai pas le permis de conduire, mais que j’aime les sortir dans la cour de ma maison en Normandie, juste pour le plaisir de les admirer. Comme pour les femmes, c’est une histoire de carrosserie !

Les palaces sont glamour. J’ai passé la moitié de ma vie au Bristol et l’autre au Meurice. J’ai baptisé mes enfants au Bristol et je me suis marié au Meurice. Par leur architecture, leur décoration, leur ambiance feutrée, les beautiful people que l’on y rencontre, les palaces sont les derniers lieux glamour !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s