Pour ou contre le retour du poil ?

epilation-maillot-bresilien
Les femmes en ont ras-la-touffe ! Contre les épilations minimalistes et autres tickets de métro, elles entament la grève du rasoir et annoncent le grand retour du poil, ce grand (ou petit) mal-aimé de ces dix dernières années. Les médias se découvrent ainsi une nouveau sujet d’investigation : «Si les hipsters ont réussi à rendre la barbe de cinq jours tendance, les féministes devraient réussir à rendre la touffe trendy » écrit le très sérieux le Huffington Post. Les people, une nouvelle cause humanitaire : « j’encourage les femmes à se demander pourquoi les poils pubiens sont là ? Il y a un but ! » s’exclame l’actrice Cameron Diaz en mimant une conversation avec son entrejambes lors d’un talkshow télé. « Je me fiche de ce que font les femmes, mais elles devraient être informées de la manière dont leur corps fonctionne. S’épiler au laser, c’est perdre ses poils pour toujours ! Toujours ! ». Bref, ça sent le drame…
Dans son livre « Défense du poil. Contre la dictature de l’épilation intime » (Ed. L’Attrape-corps/La Musardine), Stéphane Rose commente cette nouvelle guerre. «La disparition de la pilosité féminine est due à la pornographie omniprésente, au culte de la jeunesse, à l’hygiénisme rampant et à la pression de l’industrie cosmétique. Le résultat, c’est que l’épilation intime n’est plus une option. L’infantilisation symbolique est obligatoire. ». Dans un vaste mouvement esthético-érotique, le rasage intégral a également gagné le bas ventre des hommes. Le « manscaping » cartonne d’autant plus que les hommes découvrant avec joie l’effet d’optique de grossissement du sexe que provoque une terre vierge !
Du côté des poilus (ceux de 2014-2018), la contre-attaque s’organise. Ils mettent en avant le potentiel érotique des poils, rappelant qu’au 19ème siècle, la route du 7ème ciel passait par la forêt vierge. Autre argument, un peu rasant mais pertinent : ce n’est pas bon pour la santé ! Les poils démultiplient les sensations, régulent la transpiration et la température et sont porteurs des précieuses phéromones. Leur arrachage entraîne celui des glandes sébacées et un assèchement de la peau. Surtout, les muqueuses sont fragilisées ce qui favorise mycoses et cystites.
Comme toujours dans le couple, la solution est dans le compromis. Militons donc pour le grand retour du jardin à la française et de son art maitrisé de la taille géométrique…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s