Christelle Graillot, Talent Friendly

christelle_graillot_3995.jpeg_north_780x_whiteLe grand public ne connait pas cette charmante brune et pourtant elle est la dénicheuse de talents de Canal + depuis 11 ans. A son palmarès, et pour ne citer qu’eux : Stéphane de Groodt, Guillaume Gallienne, Kyan Khojandi, Julie Ferrier, Alex Lutz, Charlotte Le Bon, Dora Tillier,Vincent Dedienne, Camille Chamoux, Camille Cottin, Gaspard Proust etc En clair, tout ce que la chaine cryptée a révélé de talent original, drôle, iconoclaste, décalé, constitutif du fameux « esprit Canal + », c’est elle ! Gardienne du temple, voici donc Christelle Gaillot -et c’est plutôt un bon signe pour la suite- promue Vice-President de Vivendi Talent Management, structure dirigée par Simon Gillham, en charge de tous les talents du groupe, du journaliste à l’humoriste, de Canal + à Universal, en passant par C8, C17, Cnews etc. Les téléspectateurs découvrent depuis le 7 septembre ses dernières pépites : Lauren Bastide chroniqueuse au Grand Journal et Laura Domenge et Ugo Marchand, dans un nouveau format court, toujours au Grand Journal.
« Je suis un artisan » se décrit cette passionnée qui bosse 17h par jour, 7 jour sur 7 et n’a pas pris de vacances l’été dernier.  » Je suis sur le terrain tous les soirs, des plus grandes scènes au plus petites caves au fin fond de Paris. Je suis en amont même des festivals d’humour. J’hûme l’air du temps et je vais là où il y a du talent, plus ou moins connu, pour ensuite le révéler au plus grand nombre. Mon travail est vraiment du sur-mesure. J’accompagne les plus « verts », ceux qui ont encore besoin de travailler pour révéler leur potentiel. Pour les plus confirmés -Guillaume Gallienne était connu du milieu professionnel mais pas du grand public- je cherche la meilleure idée, la meilleure exposition pour qu’ils « explosent. Et dans tous les cas, je prends le temps de tisser un lien fort avec les artistes. C’est pour cela que je parle d’artisanat ». Un travail à temps plus-que-plein qu’aucune autre chaîne, trop frileuse pour propulser des inconnus à l’antenne, n’effectue. Une démarche qui a également toujours fait partie de l’ADN de Canal +.
« Si l’on peut dire que j’ai inventé mon métier, en revanche je n’ai pas créé la cellule de repérage de Canal + » raconte Christelle Graillot. « Elle existe depuis la création de la chaine en 1984 mais longtemps elle a été axé sur la recherche d’auteurs. La tête chercheuse de talents pour l’antenne c’était Alain de Greef. Les Nuls, Melle Agnes, les miss Météo, etc, c’était lui ». L’ancienne étudiante en Lettres modernes à la Sorbonne, diplômée de l’EFAP (Ecole Française des attachés de presse) débarque à Canal + en 2001, dans le sillage d’Alexandre Dubrigny, successeur d’Alain de Greef. Auparavant, elle s’était occupée durant 5 ans, de la communication de Charlie, la coiffeuse-star, chez qui défilait le monde entier. « Grâce à elle j’ai été introduite dans le milieu artistique et j’ai appris à aiguiser mon gout et à affuter mon œil » raconte-t-elle. « Je suis ensuite passée à l’agence de mannequin Metropolitan où je m’occupais du département Célébrités . Au bout de 18 mois, on m’a proposé de rejoindre Canal + à la direction de l’antenne et, de fil en aiguille, en 2004, la direction m’a proposé ce job de repérage de talents. Après une période de turbulences post-messier, il s’agissait de renouer avec cette mission de Canal + : détecter de nouveaux talents, les accompagner et les faire émerger ».
Longtemps, ce bureau demeura secret, Canal + ne souhaitant pas dévoiler l’une des recettes de son succès. Guillaume Gallienne (Les bonus de Guillaume) vendra la mèche et révélera le nom de Christelle Graillot. Sa cellule est alors submergé de dvd envoyés par tous ceux qui, convaincus de leur talent, rêvent de conquérir le Graal : une place sur la grille de Canal +. « Je regarde ce que je reçois mais je préfère la vérité de la scène » explique le nez de Canal. « C’est comme pour internet et youtube. Pour moi, les vrais talents sont sur scène, pas sur Youtube. C’est la que vous vous mettez en danger tous les soirs, devant un vrai public. Ce n’est pas la même chose que de se mettre devant son ordinateur dans sa chambre et de faire une vidéo. Même si elle est vue par 2 millions de personnes, le rapport est faussé. Le problème c’est que la génération internet veut que tout aille vite. Elle recherche une notoriété immédiate et néglige le travail d’écriture, le savoir-faire, le jeu. Résultat, quand on va les chercher pour travailler en télé, ces personnes se rendent compte qu’il faut travailler vraiment et elles fuient ! Ce n’est pas toujours le cas mais c’est la grande majorité. Le secret, c’est le travail, le talent ne suffit pas ! »
Le plus étonnant, finalement, n’est pas que Christelle Graillot ait inventé son métier. Ce qui est sidérant, c’est son taux d’échec proche de 0% ! « Cela peut paraître très arrogant de ma part, mais je ne me dis jamais que je me suis trompée ou que je suis passée à coté de quelqu’un ! » affirme fièrement la jeune femme. « Dans mon domaine d’expertise, tous les gens que j’ai mis à l’antenne ont rencontré le succès. Quand je vois quelqu’un, je « sais » ! Je peux sembler manquer d’humilité mais c’est ma réalité ». Et comme l’ambition du groupe est d’attirer le plus grand nombre d’artistes, d’être « talent friendly », Christelle Graillot et son équipe, Emilie Kindinis pour la partie Humour et Alexandre Ehrmann, pour la partie musique n’a pas fini d’écumer les plus petites scènes parisiennes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s